DETECTIVE

ABDELKADER AZZIMANI & ABDERRAHIM EL JABRI ONT ETE RENVOYES DEVANT LA COUR DE REVISION !

 

 

 

 

Le 02 juillet 2012

La commission de révision vient de rendre sa décision historique

 

 

 

 

L’UNE DES PLUS GRAVES ERREURS JUDICIAIRES

JAMAIS COMMISES EN FRANCE

 

 

 

Après 15 années de lutte acharnée pour contraindre une institution judiciaire aveuglée par d'irrationnelles convictions, comme murée dans une sorte d'autisme la rendant sourde et insensible aux multiples interventions, mises en garde et appels au secours (et Dieu sait s'ils ont été nombreux) ; la commission de révision a renvoyé l'affaire d'Abdelkader Azzimani et Abderrahim El Jabri devant la Cour de révision de la chambre criminelle de la Cour de cassation afin que les deux hommes soient réhabilités.

 

 

 

 

UN VERITABLE DENI DE JUSTICE

 

 

 

Cette décision paraît cependant bien tardive, en effet, ladite commission avait déjà été saisie par les accusés qui avaient argué de nouveaux éléments particulièrement probants, mais avec le plus grand cynisme, elle avait cru bon devoir rejeter leur requête en janvier 2009 !

 

La décision rendue est donc une grande victoire pour les accusés, pour les citoyens et pour tous les justiciables accusés à tort, mais certainement pas pour notre « Justice » qui, une fois encore, a fait montre d'arrogance et d'insuffisance...

 

 

 

 

Le 02 juillet 2012

Roger-Marc Moreau répond à la presse

 

 

- POUR VISIONNER LE REPORTAGE DE "BFM-TV", TOURNE LE 02 JUILLET 2012 DEVANT LA COMMISSION DE REVISION, VEUILLEZ CLIQUER SUR LE LIEN CI-DESSOUS :

 

 

- REPORTAGE DE BFM-TV -

 

 

 

- VOIR CI-DESSOUS UN ARTICLE, DE SYLVAIN MOUILLARD, JOURNALISTE AU QUOTIDIEN "LIBERATION", PUBLIE LE 02 JUILLET 2012 -

 

 

* * * * *

 

 

Société
Après 11 et 13 ans de prison, deux condamnés bientôt innocentés ?
2 juillet 2012 à 19:02

Abderrahim el-Jabri montre un article de presse concernant son procès, le 26 juin 2012 à son domicile d'Ostricourt, dans le Nord

Abderrahim El-Jabri montre un article de presse concernant son procès, le 26 juin 2012 à son domicile d'Ostricourt, dans le Nord (AFP)

Par SYLVAIN MOUILLARD

 

La procédure est rarissime. La Cour de révision a été saisie ce lundi des cas d’Abdelkader Azzimani et Abderrahim El-Jabri, condamnés à vingt ans de prison pour un meurtre commis en 1997, à Lunel (Hérault), qu’ils ont toujours nié. Sans succès, puisqu’ils ont passé respectivement onze et treize ans derrière les barreaux.

 

Mais après une lutte judiciaire de longue haleine, Azzimani et El-Jabri pourraient obtenir un nouveau procès et être acquittés. Depuis 1945, la procédure devant la Cour de révision - ultime recours possible en droit français - n’a abouti qu'à sept acquittements. Parmi lesquels les dossiers de Patrick Dils et Roland Agret, notamment.

 

Il est 14 heures passé de quelques minutes quand Abderrahim El-Jabri sort de son audience devant les magistrats de la commission de révision des condamnations pénales. Celle-ci vient, dans un document d’une dizaine de pages, rendre la décision tant attendue. «L'état des investigations exclut toute participation de MM. Azzimani et El-Jabri à la commission du meurtre», écrit-elle. En clair, la Cour de révision va être saisie dans les prochains mois.

 

108 coups de couteau

Souliers marrons, veste et pantalon beige, Abderrahim El-Jabri «n’arrive pas à trouver [ses] mots». Le petit homme de 47 ans est «vidé», mais «ému et content». «C’est un pas vers la vraie justice, soupire-t-il. Quinze ans de procédure, c’est long. On sent l’acharnement. Mais la justice fait son travail. Les erreurs, cela arrive, malheureusement.»

 

Aux yeux de Roger-Marc Moreau, le détective qui l’assiste depuis près de dix ans, le revirement de la justice tient pourtant du «miracle». Il faut dire que depuis le 22 décembre 1997, tout semblait s’acharner contre les deux accusés. Au petit matin, un homme découvre un corps ensanglanté à Lunel, au bord d’un chemin de campagne. Lacéré de 108 coups de couteau, Abdelaziz Jhilal - «Azouz» pour ses amis - gît là depuis la veille au soir. Il a 22 ans. Les enquêteurs découvrent que Jhilal, dealeur de cannabis, traîne une réputation d’arnaqueur. Ils s’orientent rapidement vers la piste d’un règlement de comptes.

 

Leurs écoutes téléphoniques les mènent vers Azzimani et El-Jabri, qui fournissaient «Azouz» en cannabis. Le jour du meurtre, ils avaient rendez-vous avec la victime, qui leur devait 45 000 francs pour une livraison de 5 kg de shit. Pour les gendarmes, le mobile du meurtre est clair. D’autant qu’un témoin, Errol Fargier, jure les avoir reconnus lors d’une altercation avec Jhilal le jour du meurtre. Qu’importe si l’homme, un peu illuminé, est persuadé que les faits ont eu lieu dans l’après-midi du 21 décembre, alors que le légiste situe l’heure du décès aux alentours de 20 h 30. Les enquêteurs bouclent leur enquête. En avril 1998, El-Jabri et Azzimani sont écroués, malgré leurs dénégations, pour trafic de stupéfiants et homicide volontaire.

 

Déclarations farfelues

La justice ne dispose d’aucune preuve matérielle et ne compte que sur les déclarations de Fargier. «Plus le dossier est mince, plus elle a tendance à en faire des tonnes», estime Roger-Marc Moreau. De fait, lors du premier procès, en 2003, les coaccusés écopent de vingt ans de prison, malgré les déclarations imprécises voire farfelues de Fargier à la barre. Peine confirmée en appel un an plus tard à Perpignan, cette fois-ci pour une «simple» complicité de meurtre.

 

Roger-Marc Moreau, connu pour avoir travaillé sur le dossier Omar Raddad, est engagé par les familles des condamnés. Il interroge Fargier à plusieurs reprises, souvent sous l’objectif des caméras, «afin de médiatiser l’affaire». Le principal témoin s’empêtre dans des déclarations contradictoires. En 2008, il déclare même avoir confondu El-Jabri avec un autre homme. L’avocat général, saisi de doutes, engage une demande de révision devant la Cour de cassation. Sans succès.

 

Le dossier est rouvert en 2009. Sous la pression de la défense, les traces ADN prélevées sur la scène de crime sont inscrites au Fichier national automatisé des empreintes génétiques (Fnaeg). «Cela semblait anodin, mais ça contribuera à innocenter El-Jabri et Azzimani», dit Roger-Marc Moreau. En effet, un an plus tard, un manutentionnaire de 30 ans, Michel Boulma, voit son ADN prélevé dans le cadre d’une enquête sur des vols à l'étalage commis dans le supermarché où il travaille.

 

L'ADN parle, presque par hasard

«Il y a un double miracle dans cette affaire, résume Jean-Marc Darrigade, un des avocats des deux accusés. Déjà, parce que Boulma n'était même pas impliqué dans cette procédure. Il s’agissait juste de vérifier que le personnel de la supérette n'était pas complice des vols.» Ensuite, parce que le Fnaeg va rapidement parler. L’ADN de Boulma correspond à celui retrouvé en 1997 autour du corps de Jhilal. «Heureusement qu’il s’est blessé lors du meurtre et qu’il a laissé son sang sur le rétroviseur et l’appuie-tête de la voiture, ainsi que sur la chaussette de la victime», résume Me Darrigade.

 

«Les gendarmes l’ont convoqué, et il est passé à table tout de suite. Il s'étonnait même qu’il n’ait pas été confondu plus tôt», se souvient Roger-Marc Moreau. Boulma donne un complice, Bouziane Helaili, 32 ans, directeur du centre de loisirs de Lunel, qui n’avait jamais eu affaire à la justice. Les deux hommes, qui écartent toute responsabilité des deux premiers accusés, continuent aujourd’hui à s’accuser des coups mortels.

 

Pour Roger-Marc Moreau, ses clients, dealers et maghrébins, étaient les coupables idéaux. «Lors de leur procès en appel, en 2004 à Perpignan, l’ambiance était délétère», se souvient-il. Mais Abderrahim El-Jabri, lui, ne veut plus penser à ses longues années de détention. «C’est pire qu’un combat, c’est une guerre, confie-t-il. Il ne faut pas se laisser aller. Je m’attendais souvent au pire, j’ai quand même été déçu.» Pour tenir en prison, il s’en remet «au sport et au spiritualisme».

 

«Ils n’ont jamais désarmé et se sont battus dans le respect des voies de droit», juge Jean-Marc Darrigade, qui suit les deux hommes depuis quatorze ans. «Même en prison, ils n’ont jamais commis d’actes de rébellion ni subi de procédure disciplinaire.» Depuis leur libération conditionnelle - en 2009 pour Azzimani, en 2011 pour El-Jabri - les anciens coaccusés peinent à retrouver une vie normale. Le premier souffre d’un eczéma chronique qui le handicape grandement pour son travail de garagiste. Le deuxième, de nationalité marocaine, jongle avec les récépissés de titre de séjour de trois mois. «Aujourd’hui, je veux me marier, avoir des enfants, souffle-t-il. Aller me recueillir sur la tombe de mon père, aussi, qui est enterré au Maroc

 


* * * * *

 

 

 

Le 02 juillet 2012

Roger-Marc Moreau et Abderrahim El Jabri

 

 



04/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres